Qualit'ENR

La lettre des énergies renouvelables du 04/03/2015


Rhône-Alpes - Une charte pour développer le biogaz

Comment développer la méthanisation et le biométhane en Rhône-Alpes ? Pour répondre à cette question, la région Rhône-Alpes, l’Ademe, GrDF et la Caisse des Dépôts ont signé ce jour au salon une charte de partenariat pour le développement du biogaz et du biométhane en Rhône-Alpes.

Cette charte s'appuie sur deux études qui viennent d’être lancées fin février par la région Rhône-Alpes, l’Ademe et GrDF. Il s’agit de construire un schéma de développement pour les filières de méthanisation en déterminant le potentiel des territoires et ainsi définir les zones favorables pour accompagner son développement. Plusieurs données comme les quantités et la nature des déchets, les réseaux d’énergies et les unités existantes, sont recoupées et examinées. « Aujourd’hui, 45 unités sont en fonctionnement dont huit unités agricoles, neuf sont en construction et une trentaine en projet. Il faut veiller à bien les prendre en compte dans l’étude pour ne pas qu’il n’y ait de concurrence sur les intrants et le retour au sol », souligne Lionel Tricot, expert biogaz à Rhônalpénergie-Environnement (RAEE). Un référent biogaz va être nommé dans chaque direction départementale des territoires et les outils d’accompagnement, comme ceux mis en place par RAEE, vont être multipliés et transmis à d’autres structures.

Vers l'injection

Les treize territoires à énergie positive (Tepos) deviennent bien sûr une cible prioritaire pour développer le biogaz. L’injection du biométhane dans le réseau devrait se développer. Plus efficace, avec un meilleur rendement que la cogénération, cette forme de valorisation est mise en avant par l’Ademe régionale et la Région. Le premier site à injecter du biométhane devrait être la station d’épuration de Grenoble, Aquapole, en mai 2015.