Elatos

La lettre des énergies renouvelables du 11/02/2015


Photovoltaïque à concentration - La compétitivité à portée de main

Le marché des modules photovoltaïques à concentration (CPV) est encore jeune, et infiniment plus réduit que celui des modules classiques. L'institut de recherche allemand Fraunhofer ISE publie un état des lieux de la filière(1), qui devrait être actualisé régulièrement. À ce jour, un total de 330 MWc de centrales CPV est raccordé au réseau dans le monde. Pour 90 % des installations, il s'agit de modules concentrant sur les cellules la lumière de 300 à 1 000 fois, fixés à des trackers bi-axes. Le rendement moyen de ces modules est supérieur à 30 % et pourrait dépasser 40 % d'ici à 2030. Toutefois, après un premier boom du marché annuel à 120 MWc en 2012, celui-ci peine depuis à atteindre 100 MWc, alors que le marché mondial des modules classiques caracole à plus de 30 GWc par an depuis 2012. Cette difficulté à changer d'échelle rend l'avenir de la filière incertain, et occasionne un jeu de chaises musicales chez les acteurs industriels. Le cas récent du Français Soitec se retirant du solaire n'étant qu'une des péripéties du secteur. Malgré tout, plusieurs entreprises persistent, le rapport en dresse la liste exhaustive, tandis que la compétitivité du CPV est à portée de main.

Quel avenir pour le CPV ?

Selon la technologie et l'ensoleillement, le kilowattheure produit par une centrale CPV oscillait fin 2013 entre 8 c€/kWh et 15 c€/kWh, quand celui venant de modules classiques peut descendre à 5,15 c€/kWh(2). L'étude envisage cependant un fort potentiel de réduction des coûts au cours des 15 prochaines années. Le prix de l'électricité produite pourrait être ainsi équivalent à celui des modules classiques d'ici à 2030, pour aller de 4,5 à 7,5 c€/kWh. L'avantage des cellules CPV est qu'elles supportent beaucoup mieux les climats très chauds, car leur rendement ne décline pas comme celui des modules de silicium cristallin. De plus, les centrales sur trackers produisent davantage d'électricité au cours de la journée, selon une courbe de production plus régulière qu'avec des modules fixes classiques. Cela suffira-t-il à la filière pour réussir à émerger ? L'avenir le dira.

(1) “Current status of concentrator photovoltaic (CPV) technology” (rapport en anglais)

(2) Résultat d'un appel d'offres remporté en janvier (à 5,84 c$/kWh sur 25 ans) par le Saoudien ACWA Power pour une centrale de 260 MWc à Dubaï.