La lettre des énergies renouvelables du 12/03/2014

France : au bord de la dépression...

 

Télécharger gratuitement l'intégralité du Baromètre

Au rythme actuel de progression des filières électriques renouvelables, la France devrait atteindre un seuil de 22 % de participation de ces énergies dans la consommation finale d'électricité au lieu des 27 % qu'elle s'est fixée. Ce point est l'une des nombreuses observations livrées dans la quatrième édition du Baromètre des énergies renouvelables électriques en France réalisé par Observ'ER. Au travers de l'analyse de neuf secteurs renouvelables, il met en exergue la faible progression des capacités nouvellement installées en 2013. L'éolien et le photovoltaïque sont particulièrement touchés : en valeur absolue, ils ont atteint les niveaux de marché les plus bas depuis 2009. En cause, le ralentissement des investissements, entretenu, bien sûr, par la crise économique mais aussi par les atermoiements des gouvernements successifs qui ne parviennent pas à fixer des règles stables aptes à offrir la visibilité réclamée par les investisseurs. Un coup d'œil à l'international donne toutefois des raisons d'espérer. De nombreuses prévisions de croissance sont annoncées. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime ainsi que la part des énergies renouvelables pourrait atteindre 25 % du mix électrique mondial en 2018, contre 20,8 % en 2012. Toujours selon elle, les filières seraient fortement dopées par l'expansion géographique des marchés et par l'augmentation de leur compétitivité face aux solutions conventionnelles. La tendance globale qui porte les renouvelables depuis une quinzaine d'années dans le monde ne s'inverse pas. Alors que les Regions de France continuent à y croire, le gouvernement ne semble pas s'en apercevoir.

Ce Baromètre des énergies renouvelables électriques en France a été réalisé par Observ'ER avec le soutien financier de la Caisse des dépots.