La lettre des énergies renouvelables du 12/03/2014

Tarifs d'achat - Les renouvelables ont le dos large…

Il faut se pincer pour y croire. Le sens d'une transition énergétique est de remplacer progressivement les énergies traditionnelles par des énergies renouvelables. La législation européenne s'est même dotée d'objectifs contraignants pour amorcer ladite transition. En toute logique, la part de marché des centrales électriques conventionnelles était appelée à diminuer. Mais alors que ce scénario se réalise, les opérateurs des moyens fossiles se rebiffent et chargent les énergies renouvelables de tous les maux, dont la fameuse "crise" du système électrique européen. Plus savoureux encore, les ex-oligarques de l'énergie somment les nouveaux arrivants de respecter les règles du marché de l'électricité, règles taillées pour les centrales conventionnelles mais incompatibles avec le modèle économique des énergies renouvelables variables. Et pourtant, ça marche ! Le ministre français de l'Écologie a ainsi lancé en fin d'année une consultation sur les mécanismes de soutien aux énergies renouvelables. Le Cler, Réseau pour la transition énergétique, et le Syndicat des énergies renouvelables (SER) viennent de remettre leur réponse à cette consultation. Le Cler commence par dénoncer la supercherie en rappelant que les principales causes du dysfonctionnement du marché de l'électricité sont la baisse de la demande suite à la crise, l'investissement irréfléchi dans des surcapacités de production traditionnelles et l'effondrement du marché du carbone rendant le charbon bien meilleur marché que le gaz. L'association affirme ainsi que le système des tarifs d'achat doit être maintenu : « Il a fait ses preuves en matière de développement industriel des filières émergentes et de démocratisation de l'énergie, et les études montrent qu'il est le plus économique pour la société ». Si un système d'intégration au marché devait être mis en place, il faudrait l'établir avec beaucoup de précaution en aménageant notamment une période transitoire. Le Cler propose en revanche plusieurs modifications du système de tarifs d'achat afin de pouvoir tirer le meilleur de chaque filière électrique. La position du SER s'inscrit dans la même veine et établit les conditions d'une intégration progressive et prudente des énergies renouvelables sur le marché. Le syndicat demande également un plan de relance des énergies renouvelables et rappelle que deux réformes structurelles sont à entreprendre : une véritable taxation des gaz à effet de serre et la réforme du marché de l'électricité à l'échelle européenne.


En savoir plus sur la réponse du Cler : « Pour un système de soutien à l'électricité renouvelable juste et efficace »

En savoir plus sur la réponse du SER