Qualit'EnR

La lettre des énergies renouvelables du 15/04/2015


Scénario Ademe - 2050 : La France 100 % renouvelable


Légende : Capacités installées en 2050 dans le cas “de référence” du scénario 100 % énergies renouvelables de l’Ademe.

La France pourrait tirer 100 % de son électricité d’énergies renouvelables à l’horizon 2050, sans alourdir significativement sa facture par rapport à un mix s’appuyant sur une large contribution du nucléaire, selon une étude de l’Ademe. La publication de ce document, prévue pour le colloque organisé par l’agence les 14 et 15 avril, a été reportée, officiellement pour lui laisser le temps d’être finalisé. Selon cette étude, le mégawattheure reviendrait, en 2050, à 119 €/MWh, dans un scénario 100 % ENR, 113 €/MWh à 80 % d’ENR, et 117 €/MWh à 40 % d’ENR. Dans ce dernier cas, 55 % de la production est assurée par le nucléaire. L’étude souligne que « la maîtrise de la demande est un élément clé pour limiter le coût d’un scénario ENR », et table sur une baisse de consommation d’un peu plus de 10 % à cet horizon. La principale contribution, dans le scénario 100 % ENR, provient de l’éolien (63 %), suivi du solaire (17 %), de l’hydraulique (13 %) et du thermique renouvelable (7 %). Le scénario implique en outre une importante flexibilité dans les modèles de consommation, avec 10,7 millions de véhicules électriques ou hybrides rechargeables, des chauffe-eau pilotables, et du chauffage électrique effaçable à 75 %. S’il a « été vérifié qu’un mix 100 % renouvelable pouvait être robuste à des conditions météorologiques défavorables », l’Ademe souligne que des efforts en terme d’acceptabilité sont « requis ». Selon les calculs de l’agence, le scénario 100 % ENR implique en effet le déploiement d’éoliennes sur 17 000 km2, soit 3 % du territoire métropolitain.