La lettre des énergies renouvelables du 15/07/2014

Allemagne - 2 000 brevets "renouvelables" boostent l'innovation

En Allemagne comme en France, la transition énergétique se traduit par le dépôt de nombreux brevets dans le domaine des énergies renouvelables. Selon le dernier bilan annuel de l'office allemand des brevets, le Deutsche Patent und Markenamt (DPMA), près de 2 000 brevets déposés en 2013 concernaient les renouvelables. Le nombre est certes moins élevé qu'en 2012, où ce chiffre culminait à 2 200 brevets, mais reste toujours bien supérieur à la tendance des années 2005 à 2010. « Ces nouveaux chiffres prouvent que la branche des énergies renouvelables est aujourd'hui comme hier un véritable moteur d'innovation pour l'économie allemande », se réjouit Philipp Vohrer, directeur de l'Agence allemande des énergies renouvelables. Les filières solaire, thermique et photovoltaïque ont engrangé à elles seules près de la moitié du nombre des brevets en 2013, plus de 900. Les brevets sont déposés par des entreprises nationales de taille moyenne, mais aussi de grandes firmes étrangères du Japon, de Corée ou des États-Unis. Selon le DPMA, les développements des entreprises allemandes concernent actuellement surtout la production de chaleur solaire. L'éolien représente le deuxième plus important contingent, avec environ 800 brevets enregistrés. Les découvertes relatives à l'énergie du vent concernent notamment les pales d'éoliennes, l'intégration de l'électricité au réseau, les technologies de stockage et les installations offshore. « Les centres de gravité des innovations montrent que la branche énergie renouvelable ne manque pas d'idées pour résoudre les défis posés par la transition énergétique, ajoute Philipp Vohrer. Le dynamisme du développement technologique des énergies renouvelables dans le secteur électrique en Allemagne ne va pourtant pas de soi. Ces dernières ont au contraire besoin d'un cadre adapté pour continuer de déployer les avantages qu'elles procurent en matière de protection du climat et des ressources, comme de sécurité d'approvisionnement. » Une manière opportune de critiquer la nouvelle loi énergie renouvelable (EEG), qui doit tempérer la croissance des filières électriques renouvelables. Cette loi a été définitivement adoptée le 11 juillet et entrera en vigueur le 1er août.