La lettre des énergies renouvelables du 15/07/2014

Projet Tiper en Poitou-Charentes - Un mégawattheure solaire compétitif

Légende : Inauguration le 17 mai 2014 du parc Tiper 3 en présence de la ministre Ségolène Royal.

Crédit : Région Poitou-Charentes/Françoise Roch.

Solairedirect a entrepris la construction de la centrale photovoltaïque Tiper solaire 3, située à Thouars (79), qui doit être mise en service à la fin de l'année. Le parc s'étendra sur 16 hectares et totalisera, avec 34 200 modules installés, une puissance de 8,7 MWc, devant produire annuellement 10 300 MWh, l'équivalent de la consommation électrique de 2 360 foyers (hors chauffage). À terme, ce parc a vocation à s'étendre sur 50 hectares avec l'ajout de la tranche Tiper solaire 1, d'une puissance de 11,7 MWc. Il affichera alors une puissance totale de 20,4 MWc pour une production annuelle de 24 GWh (5 500 foyers). La centrale solaire n'est elle-même qu'une partie du projet Tiper, acronyme de Technologies innovantes de production d'énergies renouvelables, initié par la région Poitou-Charentes. Il regroupera sur un même site une unité de méthanisation, deux parcs éoliens (14 MW) et le parc photovoltaïque. Le site doit produire 68,9 GWh d'électricité par an, l'équivalent de la consommation électrique de 15 672 foyers et 9,7 GWh de chaleur, équivalent à la consommation de 1 400 maisons. Le projet est porté par une société d'économie mixte d'investissement formée par Solairedirect, Séolis et Sorégies, deux entreprises publiques locales d'énergie.

Contrat de 30 ans

Les contrats pour les centrales solaires Tiper 1 et 3 sont établis sur une durée de 30 ans. « Il s'agit d'un contrat hybride associant l'obligation d'achat, sur une période maximale de 20 ans, et un contrat de gré à gré continuant jusqu'à 30 ans », explique Thierry Lepercq, président de Solairedirect. L'électricité sera ainsi vendue pendant 20 ans au tarif de 105 €/MWh pour Tiper 3 et de 84 €/MWh pour Tiper 1, puis au prix du marché spot de gros pour les dix années restantes. Le contrat tient par conséquent pour acquis que la durée de vie de la centrale peut effectivement s'étendre jusqu’à 30 ans. « Les parcs solaires sont des ensembles complexes avec des composants de durée de vie variable, poursuit Thierry Lepercq. Les onduleurs, par exemple, devront probablement être remplacés avant 15 ans. A priori les modules peuvent durer plus de 30 ans, sauf en cas de malfaçon, qui est couverte par des polices d'assurance jusqu'à 25 ans. De toute façon, il sera probablement préférable de procéder à un "repowering" avant l'échéance de 30 ans pour augmenter significativement la puissance du parc à surface constante. » Thierry Lepercq estime qu'il est possible de produire sur le modèle de Tiper de l'électricité solaire à 70 €/MWh en région Provence-Alpes-Côte d'Azur et appelle à la multiplication de ce type de montage au niveau national.