La lettre des énergies renouvelables du 15/07/2014

Solaire thermique - La filière organise son plan de relance

L'association professionnelle Enerplan a proposé un plan d'action au ministère de l'Économie et du Redressement productif pour relancer le solaire thermique en France. Depuis 2009, le marché du résidentiel a pratiquement été réduit par trois, tandis que le marché du collectif affichait pour la première fois un recul en 2013. Cela est d'autant plus regrettable qu'Enerplan estime que la chaleur solaire sera compétitive, sans aide, à partir de 2016-2017 pour les installations les plus performantes et pour quasiment toutes les applications d'ici à 2020. Dans le collectif, le prix du kilowattheure utile oscille entre 10 et 18 c€/kWh, mais tombe déjà à moins de 10 c€/kWh pour les installations de plus de 100 m2. L'association tient pour réaliste d'atteindre un prix du kilowattheure de chaleur solaire de 7 centimes d’euro avant 2020, soit moins que le prix du gaz en collectif (prix énergie + abonnement)* à cette échéance. Cette baisse de coût sera rendue possible notamment par la généralisation de kits préassemblés en usine et des systèmes autovidangeables. De plus, de nouveaux marchés font leur apparition, comme la connexion à des réseaux de chaleur ou les process industriels et agricoles qui utilisent de l'eau chaude allant de 30 à 85 °C. Pour mettre en réseau les acteurs du solaire dans l'habitat collectif et diffuser les bonnes pratiques, une plate-forme collaborative, baptisée Socol, a été mise en place dès 2009. Elle compte aujourd'hui 450 membres (ingénieurs, installateurs, bureaux d'études, etc.) et a enregistré un afflux d'adhésion de 25 % au premier semestre 2014. « Vu les très faibles niveaux d’équipements solaires thermiques de la France par rapport à nos voisins européens, l’objectif de multiplier par 8 à 10 le chiffre d'affaires d’ici à 2025 est à notre portée, à condition de renverser la dynamique actuelle, conclut Enerplan. La filière française pourrait créer 15 000 à 20 000 emplois d’ici à 2025 [contre 3 000 aujourd'hui, ndlr] pour un chiffre d'affaires de 2,5 à 3 milliards d’euros par an, avec un marché national de 3 millions de m2 par an [contre moins de 200 000 m2 en 2013]. » Cela permettrait aussi d'économiser plus d'un milliard d'euros par an sur la facture d'importation d'énergie fossile.

 

Plate-forme Socol : www.solaire-collectif.fr

 

* Voir enquête d'Amorce “Prix de vente de la chaleur en 2011”, février 2013.