La lettre des énergies renouvelables du 26/02/2014

Énergies citoyennes - France-Allemagne font jeu inégal

Les projets citoyens d'énergies renouvelables ne sont que quelques dizaines en France alors qu'ils connaissent un développement impressionnant outre-Rhin. Le nombre de coopératives d'énergies renouvelables s'élevait ainsi en Allemagne à 888 fin 2013, soit 142 de plus qu'un an auparavant (voir graphique ci-dessus). Pour comprendre les différences entre nos deux pays, l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) vient de publier une étude comparée des cadres juridiques, réglementaires et financiers des projets citoyens en France et en Allemagne. L'appel à l'épargne citoyenne ne peut se faire qu'à la suite de procédures longues et coûteuses en France (voir Le Journal de l'Éolien n° 14). À l'inverse, les coopératives jouissent en Allemagne de privilèges dans leur montage financier et juridique, qui facilitent leur développement. De même, le rendement financier des projets citoyens est médiocre en France en raison du cadre réglementaire et d'un coût du capital plus élevé, alors qu'il se situe en moyenne à 4 % en Allemagne, soit 2 à 3 fois mieux que les produits de type épargne populaire. À l'issue de chaque chapitre, les auteurs de l'étude formulent une série de recommandations visant à simplifier et à rendre attractif le montage de projets citoyens en s'appuyant sur les modèles ayant fait leurs preuves chez nos voisins. En effet, comme le rappelle l'Iddri, « le récent débat national sur la transition énergétique a fait émerger un consensus fort sur la nécessité d’assurer une appropriation locale et citoyenne de cette transition ». Il serait bon de s'en souvenir.


En savoir plus