La lettre des énergies renouvelables du 28/05/2014

Biogaz d'éléphant - Ça chauffe énormément

Légende : Les éléphants du ZooParc de Beauval (Loir-et-Cher).

Crédit : ZooParc de Beauval.

Le ZooParc de Beauval inaugurera fin juin une unité de méthanisation de 500 000 Nm3/an, alimentée, entre autres, par les fumiers de certains animaux du parc, aux premiers rangs desquels on retrouve les "grandes" espèces : éléphants, rhinocéros et girafes. Les études réalisées au préalable en vue d'évaluer la qualité des gisements ont permis de mettre en évidence que le fumier le plus méthanogène du parc était celui de l'okapi, animal dont les aires de paillage sont très étendues. La girafe, elle, s'est distinguée par la forte teneur en azote de ses déjections, son alimentation étant principalement constituée de luzerne, qui capte particulièrement bien l'azote par ses racines. Toutefois, les animaux ne contribuent qu'à 1 500 t/an aux coproduits méthanisables qui alimentent le digesteur. Les déchets verts du parc y participent pour 1 500 t/an, les déchets agroalimentaires pour 1 000 t/an, les fumiers bovins et ovins (paille et excréments) des fermes avoisinantes pour 3 500 t/an et les lisiers bovins (excréments seuls) récoltés en dehors du parc pour 4 000 t/an. Le digestat sera ensuite réutilisé comme engrais organique dans les exploitations agricoles alentours, et le biogaz obtenu produira 2 GWh/an d'électricité vendue à EDF et 1,5 GWh/an de production brute de chaleur dirigée vers les serres des gorilles, la maison des éléphants et le bassin des lamantins, long de 40 mètres. La conception et réalisation de l'unité de méthanisation a été confiée au bureau d'études Ledjo Énergie, au cabinet d'architecture Boitte et au constructeur Naskeo Environnement.