La lettre des énergies renouvelables du 29/07/2014

Au fil de l'eau... hydroliennes en version fluviale

Légende : Dessin en 3D de la picohydrolienne conçue par d’EcoCinetic.

L'entreprise EcoCinetic, basée à La Rochelle, commercialise une picohydrolienne, non pas destinée comme ses grandes cousines aux courants marins, mais aux cours d'eau. Inspirée du rotor de Savonius, la turbine affiche un rendement proche des 30 % et est destinée à produire de l'électricité au fil de l'eau pour des vitesses de courant allant de 1,2 à 4 m/s. Si la plupart des cours d'eau de France affichent des vitesses de 1 m/s, nombreux sont les endroits singuliers où le flux s’accélère : piles de pont, rétrécissement de canaux, méandres, etc. « À la fin du XIXe siècle, la France comptait 100 000 moulins sur ses cours d'eau, rappelle Frédéric Mourier, gérant et fondateur d'EcoCinetic. Aujourd'hui, la production hydroélectrique en eau douce implique a minima une chute de 1,5 à 2 mètres de haut, mais il existe un nombre considérable de sites où ces hydroliennes pourraient fonctionner au fil de l'eau. » Les turbines peuvent être ancrées, fixées à un ponton ou à des flotteurs, suivant les cas de figure. Elles sont disponibles en trois tailles, donnant des surfaces balayées de 1 m2 (1,60 mètre de hauteur pour 0,7 mètre de diamètre), 0,5 m2 (0,75 x 0,7 m) et 0,25 m2 (0,35 x 0,7 m). Elles peuvent ainsi être mises en place dans des cours d'eau d'une profondeur minimum de 0,6 mètre. Une turbine de 1 m2 par un courant de 2,5 m/s affichera une puissance de 2,5 kW, mais plusieurs turbines peuvent être montées sur un même support. Les modules peuvent par conséquent présenter des puissances allant de 0,5 à 20 kW.

De Bordeaux au Congo

Légende : Hydrolienne en cours d’installation dans l’estuaire de la Gironde, à Bordeaux.

Crédit : EcoCinetic.

Une hydrolienne d’1 m2 installée dans l'estuaire de la Gironde (Bordeaux) a produit 12 MWh par an. Une turbine est déjà installée à Tonnay-Charente (Charente-Maritime) et quatre picohydroliennes, totalisant une puissance de près de 5 kW, doivent être installées de part et d'autre d'une pile de pont à Châtellerault (Vienne). Un démonstrateur composé de huit hydroliennes (surface balayée de 0,5 m2 chacune), d'une puissance totale nominale de 10 kW, sera enfin installé fin 2014 dans le village de Moulenda, au Congo. Il permettra d'alimenter en électricité ce village de près de 400 habitants, son école et le dispensaire. Selon la vitesse du cours d'eau, le prix de revient du mégawattheure produit se situe entre 40 et 150 euros, pour des vitesses de courant comprises entre 2,0 m/s et 1,2 m/s, précise EcoCinetic. Les machines sont construites à l'unité, ce qui donne un coût pour une hydrolienne de base d’1 m2 compris entre 15 000 et 20 000 euros avec ses fixations, mais hors transport et installation. « N'étant pas encore produites en série, ces machines sont encore difficilement amortissables en France, précise Frédéric Mourier. De plus, la loi n'a pas prévu que des hydroliennes puissent équiper des cours d'eau, nous ne pouvons par conséquent pas bénéficier du tarif “hydrolien” de 15 c€/kWh, qui nous suffirait pendant quelques années pour lancer l'industrialisation. Nous pouvons au mieux percevoir autour de 8 c€/kWh. » Message transmis à la ministre de l’Écologie Ségolène Royal, ex-présidente de la Région Poitou-Charentes, qui ne sera peut-être pas insensible à cette affaire.