Elatos

La lettre des énergies renouvelables du 31/03/2015


Agrocarburants - Nouveau bras de fer


Légende : Recherche de laboratoire sur les biocarburants à partir d’algues vertes, à l’Université de Bielefeld, en Allemagne.
Crédit photo : Martin Brockhoff/Bielefeld University.

Nouvel épisode du feuilleton sur l’incorporation des agrocarburants issus de cultures alimentaires (colza, betterave, blé, etc.) dans les transports pour 2020. Tout commence en octobre 2012, lorsque la Commission européenne propose de réduire ce taux à 5% contre les 10% prévus par la directive européenne actuelle. Elle souhaite limiter l’impact négatif, démontré dans plusieurs études, de ces agrocarburants sur la déforestation en Amérique du Sud et en Asie. En septembre 2013, le Parlement européen adopte un projet de loi qui fixe à 6% le taux de ces agrocarburants, ainsi qu’à 2,5% la proportion des biocarburants avancés issus d’algues ou de déchets. Mais aucun accord n’est trouvé avec les États membres au sein du Conseil européen. Stand-by. Fin février 2015, le débat est relancé, puisque la commission Environnement du Parlement européen a de nouveau approuvé un projet de loi avec ces deux mêmes taux fixés respectivement à 6% et 2,5%. De son côté, le Conseil maintient ses propres objectifs de 7% et 0,5%. La saga continue…