Exposition Biogaz à Paris Porte de Versailles

La lettre des énergies renouvelables du 11/06/2015


Disparition - Françoise-Hélène Jourda, pionnière de l’architecture durable

Françoise-Helène Jourda et la Halle Pajol, Paris 18e, ancien bâtiment désaffecté de la SNCF, rénovée en bâtiment à énergie positive par le cabinet de l’architecte.

Légende : Françoise-Helène Jourda et la Halle Pajol, Paris 18e, ancien bâtiment désaffecté de la SNCF, rénovée en bâtiment à énergie positive par le cabinet de l’architecte.
Crédit : Jourda Architecte Paris (Portrait) et Axel Tilche-Dahl (Halle Pajol).

Françoise-Hélène Jourda, architecte spécialisée dans le développement durable et l’architecture écoresponsable, est décédée le 31 mai à l’âge de 59 ans. Avec sa disparition, la France perd une pionnière et une militante passionnée de la construction durable, sur laquelle elle avait rédigé en 2007 un rapport pour le Grenelle de l’environnement. Pour ses bâtiments, Françoise-Hélène Jourda, qui déclarait encore récemment « rêver d’architecture biodégradable », recherchait les « matériaux les plus intelligents, avec comme priorité la gestion des ressources à très long terme ». À ce titre, elle privilégiait le bois, et ne goûtait guère le béton armé, difficile à recycler et trop énergivore. Françoise-Hélène Jourda n’aimait pas la course à la hauteur, trouvant les tours « plutôt archaïques » et bien trop consommatrices d’énergie, et déplorait que la plupart des efforts et innovations ne concernent que la construction neuve au détriment de l’ancien.

Parmi ses réalisations phares, on pensera en particulier à la réhabilitation de la Halle Pajol à Paris, en 2013, et à l’aménagement des berges du Rhône à Lyon, sa ville natale. Les travaux de Françoise-Hélène Jourda, faite Chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur en 2009, lui ont valu de nombreux prix, dont le Global Award for Sustainable Architecture ou le diplôme d'honneur spécial de l'Académie internationale d'architecture. Pour le Musée botanique de Bordeaux, elle avait reçu un prix dans le cadre du concours “Habitat solaire habitat d’aujourd’hui” organisé par l’Observatoire des énergies renouvelables, la maison-mère du Journal des Énergies Renouvelables.