Senvion Wind Energy Solution

La lettre des énergies renouvelables du 12/11/2015


Géothermie en Île-de-France - “Argéo” couvre 65 % des besoins

“ARGEO” couvre 65 % des besoins géothermique en France

Légende : Extrait de la vidéo “Comment fonctionne un réseau de chaleur” sur www.arcueil-gentilly.reseau-chaleur.fr
Crédit : Cofely Réseaux.

L’engouement de l’Île-de-France pour la géothermie se concrétise. À peine deux ans après le début des travaux, le réseau d’Arcueil-Gentilly est en train de monter en charge depuis mi-octobre. Il sera inauguré officiellement le 20 novembre. Baptisée Argéo (filiale 100 % de Cofely Réseaux), c’est la première création ex nihilo d’une centrale géothermique et d’un réseau associé depuis plus de 30 ans en Île-de-France. Tout un symbole.

L’équivalent de 10 000 logements couverts
D’une puissance de 16 MW, la centrale géothermique puise de l’eau à 64 °C dans le Dogger, le vaste aquifère francilien, à 1 600 mètres de profondeur. Après extraction, elle est réinjectée, à 38 °C. Le débit d’exploitation du doublet géothermique peut atteindre les 320 m3/h. La centrale est couplée à une pompe à chaleur de 12 MW, qui augmente la température de l’eau. L’eau est ensuite envoyée sur le réseau de chaleur, de 13 km, commun aux deux villes, pour alimenter en chauffage et en eau chaude sanitaire l’équivalent de 10 000 logements. Cette installation est complétée par six chaufferies gaz, de 15 MW au total, décentralisées sur les nœuds du réseau et une chaufferie gaz de 18 MW d’appoint. Au total, 65 % des besoins en énergie du réseau sont couverts par la géothermie, évitant ainsi le rejet dans l’atmosphère de 14 600 tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent des émissions annuelles de 8 000 véhicules.

Un grand nombre de raccordements
Ainsi, 100 132 MWh d’énergie seront délivrés par an. Pour Guillaume Perrin, chargé des questions géothermiques à l’Ademe Île-de-France, cette énergie délivrée est très importante : « D’habitude, les projets en Île-de-France produisent de 60 000 à 80 000 MWh. Plus de 100 000 MWh, c’est ambitieux ». Argéo devrait atteindre les 100 132 MWh distribués en 2017, lorsque tous les raccordements seront finalisés. Aujourd’hui, le réseau est proche des 93 000 MWh délivrés. Sabine Moreau, responsable du pôle énergies renouvelables du Sipperec, (Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour les énergies et les réseaux de communication) explique la démarche du syndicat : « Pour délivrer autant d’énergie, les équipes de l’opérateur, Cofely Réseaux, ont multiplié les démarches commerciales pour s’assurer du raccordement des clients. Les acteurs publics se sont engagés au travers d’une clause à hauteur de 60 % des polices d’abonnement. L’Opaly, office public de l'habitat, principal bailleur social du secteur, a également raccordé ses bâtiments, soit 46 % du tracé du réseau de chaleur. Et nous avons mis en place un comité de suivi pour faire le point régulièrement. Il y a eu un travail important en amont des travaux ».

23 % d'aides du fonds chaleur
L’investissement global du projet s’élève à 32,2 millions d’euros. Le taux de subvention de l’Ademe et de la région Île-de-France est de 23 %, pour pouvoir atteindre un niveau de tarif moyen inférieur de 5 % par rapport au prix de référence gaz. Un bilan sera effectué après un an de fonctionnement, avec un prix du gaz qui a diminué depuis quelques mois. Grâce à cette nouvelle énergie, les usagers pourront maîtriser leur facture énergétique. Seul 30 % du prix de la chaleur variera en fonction du prix du gaz et de l’électricité.