Eole RES, specialiste du solaire et de l'éolien.

La lettre des énergies renouvelables du 15/09/2015


États-Unis - SunEdison en grande forme

SunEdison a développé, construit et connecté pour le compte du groupe chilien CAP, spécialisé dans l'acier, la centrale Amanecer Solar CAP de 100 MW à Copiapó, dans le désert d'Atacama (Chili). Elle est la plus grande centrale d'Amérique latine à ce jour.

Légende : SunEdison a développé, construit et connecté pour le compte du groupe chilien CAP, spécialisé dans l'acier, la centrale Amanecer Solar CAP de 100 MW à Copiapó, dans le désert d'Atacama (Chili). Elle est la plus grande centrale d'Amérique latine à ce jour.
Crédit : SunEdison.

Le géant américain SunEdison, spécialisé dans les énergies renouvelables, a connu un été fort en activité, reflétant l’enthousiasme actuel pour le solaire aux États-Unis et l’échelle des principaux acteurs. Le groupe, plutôt présent sur les segments des surfaces commerciales et des centrales de grande taille, a complété son portefeuille en rachetant Vivint Solar, l’un des principaux installateurs sur le marché résidentiel, pour un montant de 2,2 milliards de dollars. À l’instar du numéro un américain du marché résidentiel, SolarCity, présidé par le patron de Tesla Elon Musk, Vivint propose à ses clients de louer des panneaux solaires plutôt de que de les acheter, leur épargnant ainsi les importants investissements nécessaires pour s’équiper.

SunEdison a en outre réussi la mise en Bourse d’une deuxième yieldco (filiale dans laquelle sont logés des actifs de production, bénéficiant de financement à bas coûts, voir Le Journal des Énergies Renouvelables n° 227), levant pas moins de 675 millions de dollars sur les marchés. La yieldco, baptisée TerraForm Global (ne pas confondre avec la première, TerraForm Power), a pour but d’investir dans les pays émergents, notamment en Amérique latine. L’ensemble de ses projets en cours représente à ce jour une puissance de 1 406 MW.

Le monde de la finance se tourne vers les EnR

Enfin, SunEdison a également accru ses capacités de financement, grâce à un nouveau véhicule d’investissement alimenté de 300 millions de dollars de fonds propres, apportés par la banque Goldman Sachs, et de 700 millions de dettes, levés auprès d’un ensemble de banques. Ces liquidités doivent permettre de financer des constructions ou des achats de centrales. Preuve supplémentaire, si besoin était, de l’intérêt croissant des grands noms de la finance américaine pour les énergies renouvelables : le géant du private equity KKR a, lui, racheté 80 % du développeur de centrales solaires espagnol Gestamp Solar, dans une transaction valorisant l’entreprise à un milliard d’euros. Gestamp Solar détient 300 MW de projets en construction ou fonctionnement, et un portefeuille de 2,2 GW en développement.