Derbi 2015, 9e Conférence Internationale (Perpignan)

La lettre des énergies renouvelables du 25/06/2015


Énergies renouvelables - Multiplication des objectifs dans le monde

Carte des objectifs “énergies renouvelables” des pays émergents, par l’Irena.

Légende : Carte des objectifs “énergies renouvelables” des pays émergents, par l’Irena.
Crédit : Renewable 2015 Global Status Report, Irena.

Le nombre de pays s’étant fixé des objectifs en termes d’énergie renouvelable a quadruplé en 10 ans, passant de 43 en 2005 à 164 actuellement, selon un rapport publié par l’Irena, l’agence internationale de l’énergie renouvelable. Les pays émergents, plus lents à se mettre en mouvement, sont les principaux responsables de cette croissance , puisque 131 d’entre eux ont désormais dévoilé des ambitions. La trentaine de nations qui manquent à l’appel sont à chercher principalement en Afrique (République démocratique du Congo, Angola, Tchad) et en Asie centrale (Afghanistan, Turkménistan, Tadjikistan). À l’échelle du globe, énergie renouvelable rime encore bien souvent avec électricité dans l’esprit des décideurs. 151 pays ont en effet adopté des objectifs de ce type.

Les chiffres ne sont pas aussi flatteurs dans le domaine du chauffage et du froid (47 pays) ou des transports (59), mais encourageants, car en importante progression. L’Irena relève pudiquement qu’il n’existe pas de méthodologie générique pour l’établissement des objectifs d’énergie renouvelable, apparus dans les années 1970 dans le sillage des chocs pétroliers. Si les procédures ont été parfois très approfondies, elles ont aussi pu être « moins rigoureuses » dans d’autres cas, souligne l’agence. En outre, une majorité des objectifs ne sont pas juridiquement contraignants et « manquent de mécanismes clairs de mise en œuvre ou de systèmes de pénalités », une carence de nature à refroidir d’éventuels investisseurs, déplore l’Irena.