Senvion

La lettre des énergies renouvelables du 28/10/2015


Étude Ademe - Le 100 % renouvelable, “techniquement possible”

L’Ademe dévoile différents scénarios de mix énergétique, dont celui “100 % renouvelable ”.

Légende : L’Ademe dévoile différents scénarios de mix énergétiques, dont celui “100 % renouvelable ”.
Crédit : Ademe.

L’Ademe a publié le 22 octobre la version finale de son étude “Un mix électrique 100 % renouvelable ?”, dont l’annonce avait fait tant de bruit en avril dernier. « Plusieurs mix électriques sont techniquement possibles pour satisfaire la demande chaque heure de l’année avec 80 ou 100 % de renouvelables », affirme ce document présenté comme « une étude scientifique à caractère prospectif et exploratoire et non pas (...) un scénario politique », tel que le précise Bruno Léchevin, président de l’Ademe, dans son édito. Il ajoute qu’« en imaginant un mix électrique jusqu’à 100 % renouvelable, nous permettons qu’une hypothèse jusqu’ici impensable pour la majorité des acteurs devienne une hypothèse techniquement possible ». Et pour cause, l'étude présente 14 variantes de mix électriques avec une part des énergies renouvelables qui oscille entre 40 %, 80 %, 95 % et 100 %, en fonction de critères d'appropriation sociétale, de coûts des énergies, d'accès au financement ou encore de maîtrise de la demande.

Dans son cas de référence à 100 %, l'étude répartit la consommation d'énergie ainsi : 63 % d'éolien, 17 % de solaire, 13 % d'hydraulique et 7 % de géothermie et thermique renouvelable. Dans ce système, l’électricité est à peine plus chère qu’avec seulement 40 % de renouvelable (l’objectif officiel de la France pour 2030). Le mégawattheure consommé coûte ainsi 119 €, contre 117 € pour celui avec 40 % d'énergies renouvelables, associé à 55 % de nucléaire et 5 % d'énergies fossiles. Maîtrise de la demande de l’électricité et maîtrise de la pointe sont des « conditions essentielles » pour atteindre un maximum d’énergies renouvelables, ajoute le rapport : « Sans elles (...) le coût du système électrique n’est pas maîtrisé ». De même, « Le coût des technologies doit continuer à baisser », et « L'acceptabilité sociale est cruciale », prévient l'Ademe.

Site : http://mixenr.ademe.fr