Senvion

La lettre des énergies renouvelables du 28/10/2015


14 MW en Franche-Comté - Velocita, nouvel acteur de l’éolien

Transport de pale lors de l’installation des éoliennes du parc des Monts du Lomont, dans le Doubs, inauguré le 13 octobre.

Légende : Le parc des Monts du Lomont, dans le Doubs, inauguré le 13 octobre.
Crédit : DR.

Construire « un des plus grands cluster éolien de France », telle est l’ambition affichée par Jean Lemaire, directeur de Velocita Energy France. Le groupe a inauguré le 13 octobre la première phase de son premier projet français, Les Monts du Lomont, situé dans le Doubs, de 13,9 MW, constitué de 5 machines GE de 2,78 MW chacune. À terme, la puissance du parc devrait atteindre 30,6 MW. Les trois parcs éoliens qui constituent le cluster, « séparés entre eux de 10 à 15 kilomètres » auront une puissance de 150 MW grâce à 54 éoliennes. La deuxième phase des travaux, retardée par des problèmes de raccordement au réseau, démarrera « en début d’année 2016 pour s’achever mi-2018 », précise le dirigeant. Et le groupe, basé à Londres et détenu par le fonds américain Riverstone, n’entend pas s’arrêter là, puisque « 250 millions d’euros ont été sécurisés » pour ses projets français.

« La France est un pays attractif du point de vue réglementaire et pour les énergies renouvelables », explique Jean Lemaire, précisant que les choses s’étaient stabilisées en 2014. Installé en France en 2011 après avoir racheté le portefeuille de projets dans l'éolien de l'allemand Eon, Velocita ne s'interdit pas non plus de se diversifier dans d'autres énergies renouvelables. « Nous menons des réflexions pour étendre nos projets à d’autres énergies renouvelables », indique-t-il, « même si rien n’est décidé pour l’instant. » Pour la partie éolienne en tout cas, le groupe revendique un portefeuille de 570 MW de projets en développement, dont la moitié a obtenu les autorisations nécessaires.