Energies marines renouvelables Thetis

La lettre des énergies renouvelables du 29/04/2015


Chauffage au bois - Plongeon du marché en 2014

Évolution des ventes des appareils domestiques de chauffage au bois.

Légende : Évolution des ventes des appareils domestiques de chauffage au bois.
Source : Observ’ER 2015.

Les ventes d’appareils domestiques de chauffage au bois se sont inscrites en net recul en France en 2014 pour la première fois depuis 2010, selon l’étude annuelle de l'Observatoire des énergies renouvelables (Observ'ER) réalisée avec le soutien de l'Ademe. Le marché a chuté de 18 %, avec 433 345 unités vendues. Les chaudières, à bûches et à granulés, ont été particulièrement touchées, avec une contraction de 32,4 %, suivi des cuisinières (-20 %), des poêles (-18,9 %) et des foyers fermés et inserts (-13,7 %). « La surprise vient des mauvais résultats des appareils à granulés, qui avaient jusqu'en 2014 toujours réussi à pallier le recul des appareils à bûches », constate Frédéric Tuillé, responsable des études à Observ'ER. Seul segment à résister tant bien que mal, les poêles à granulés ont réussi à limiter la baisse à 3,2 %.

Trois éléments expliquent ce décrochage. Le premier est climatique. L’hiver 2013-2014 a été particulièrement doux, dissuadant probablement les consommateurs d’investir dans un nouvel équipement. Deuxième élément d'explication, les coûts des énergies fossiles n'ont pas augmenté, une tendance défavorable aux chaudières bois que les particuliers acquièrent traditionnellement pour remplacer leurs chaudières au fioul. Troisième paramètre, les incertitudes autour du crédit d'impôt, dont le dispositif a été modifié en cours d'année. L'ancien Crédit d'impôt développement durable (CIDD), offrant des taux de 15 % et 25 % selon le type de travaux, a été remplacé en septembre dernier par un Crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) avec un taux unique de 30 %. « Malgré le relèvement du crédit d'impôt à 30 %, l'année 2015 ne s'annonce pas non plus comme une bonne année, conclut Frédéric Tuillé, car les prix du fioul de fin 2014-début 2015 sont les plus bas constatés depuis quatre ans. »