Energies marines renouvelables Thetis

La lettre des énergies renouvelables du 29/04/2015


Éolien flottant - Trois sites identifiés en Méditerranée

Plusieurs prototypes d'éoliennes flottantes sont à l'étude (ici Winflo, de Nass & Wind et DCNS, dont le développement a été suspendu en 2014).

Légende : Plusieurs prototypes d'éoliennes flottantes sont à l'étude (ici Winflo, de Nass & Wind et DCNS, dont le développement a été suspendu en 2014).
Crédit : Winflo 2010.

La Direction interrégionale de la mer Méditerranée (DIRM) a présenté début avril les résultats de la concertation destinée à identifier les sites favorables au déploiement de parcs éoliens flottants en Méditerranée. Trois zones ont fait l'objet d'un consensus entre les services de l'État, la filière éolienne et les professionnels de la mer. Deux sont situées en Languedoc-Roussillon, les zones dites de Leucate (150 km2) et Gruissan (65 km2), éloignées de la côte de respectivement 14 et 15 km. La troisième zone, dite de Faraman (117 km2), se trouve en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), au large de Fos-sur-mer et à 12 km de la côte.

Le document de planification du développement de l’éolien en mer Méditerranée a été ouvert à la consultation publique entre le 9 et le 30 avril, avant d'être transmis à la ministre Ségolène Royal. « Conformément aux engagements de l’État, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) de l’Ademe pourra alors être ouvert en juin 2015 sur la base de ces éléments, pour le déploiement d’un ou plusieurs sites pilotes précommerciaux d’éoliennes flottantes », indique la DIRM. Cet AMI devrait être doté de 150 millions d'euros, comme l'avait annoncé le Premier ministre en décembre 2014. Une ferme pilote d'éoliennes flottantes devrait comporter de 3 à 10 appareils, précise la DIRM, soit 20 à 50 MW installés, occupant jusqu'à 15 km2 en mer.

Pour en savoir plus