Interclima+Elec, salon/exposition du 2 au 6 novembre 2015 à Paris Nord Villepinte

La lettre des énergies renouvelables du 29/09/2015


Éolienne volante - “The Bat” vole en Alaska

L’éolienne volante “The Bat”, 30 kW, permet de capter des vents de haute altitude.

Légende : L’éolienne volante “The Bat”, 30 kW, permet de capter des vents de haute altitude.
Crédit : Altaeros Energies.

L’éolienne volante “The Bat” (Buoyant Airborne Turbine) vole en Alaska. Depuis plus d’un an, la start-up Altaeros Energies teste ce drôle d’engin. Les résultats devraient être connus à la fin octobre, suivis d’une phase de commercialisation. Imaginée par l’Institut de technologies du Massachusetts (MIT, États-Unis), The Bat est capable de voler entre 300 et 600 mètres. Grâce à sa “bouée” d’hélium de 10 mètres de diamètre, elle peut atteindre des vents de haute altitude, plus constants et beaucoup plus puissants que ceux au sol. Son hélice centrale produit de l’électricité qui est transférée à la terre par des câbles métalliques. D’une puissance de 30 kW, elle peut alimenter l’équivalent de 12 foyers. La turbine fonctionne en continu, sans équipage, et peut être contrôlée à distance. En cas de conditions météorologiques extrêmes (neige, tempête), le système est autonome, il revient directement au sol.

L’éolienne volante ne devrait pas, pour l’instant, changer le paysage français, mais pourrait jouer un rôle dans la production d’électricité dans les sites isolés où l’énergie est chère. Elle pourrait être utile en remplacement des générateurs ou lors de catastrophe naturelle pour fournir rapidement de l’électricité aux populations touchées. « Sans besoin de fondation ni de grue, “The Bat” fait baisser de 90 % le coût de l’installation d’une éolienne », annonce Altaeros Energies. Il suffit de 24 heures pour la mettre en service. En prime, l’éolienne peut embarquer des antennes WiFi ou des caméras infrarouges pour voir jusqu’à une centaine de kilomètres à la ronde.