Interclima+Elec, salon/exposition du 2 au 6 novembre 2015 à Paris Nord Villepinte

La lettre des énergies renouvelables du 29/09/2015


À Lyon - Hikari, quartier à énergie positive

Vue d’une loggia du bâtiment d’habitations Minami, dans le nouvel ilôt à énergie positive à Lyon.

Légende : Vue d’une loggia du bâtiment d’habitations Minami, dans le nouvel îlot à énergie positive à Lyon.
Crédit : Olivier Guerrin.

Trois immeubles ultramodernes s’élèvent entre le Rhône et Saône. Un quartier futuriste vient de voir le jour à Lyon Confluence : Hikari, “lumière” en japonais. Conçu par l’architecte nippon Kengo Kuma, cet ensemble de 12 800 mètres carrés est le premier îlot mixte à énergie positive d’Europe. Autrement dit, il produit légèrement plus d’énergie (0,2 %) qu’il n’en consomme (1 523 MWh d’énergie primaire par an). « Nous avons déjà fabriqué des bâtiments à énergie positive, mais là, nous évoluons à l’échelon au-dessus, en mixant les usages au sein d’un îlot. Grâce à un système intelligent, une seule salle des machines gère aussi bien les logements et les commerces que les bureaux. Nous mutualisons ainsi la répartition des énergies », souligne Ana Vidal Andujar, directrice Immobilier d’entreprise sud-est pour Bouygues Immobilier, le constructeur qui a travaillé avec Nedo (agence publique japonaise pour la promotion des nouvelles énergies) et Toshiba pour le Grand Lyon.

Trois sources renouvelables

L’énergie est produite par trois sources renouvelables. Des panneaux photovoltaïques, intégrés en toiture (1 100 m²) et en façade des logements (520 m²). La production d'électricité solaire attendue est de l'ordre de 200 000 kWh/an, l'équivalent de la consommation d'environ 160 foyers. Le photovoltaïque couvre ainsi 40 % des besoins en électricité. Une centrale de cogénération à l’huile complète le reste des besoins électriques et chauffe les bâtiments. Développée par CogenGreen, cette centrale sera approvisionnée par 90 000 litres d’huile de colza par an, une plante récoltée en Rhône-Alpes. Enfin, six forages géothermiques, d’une vingtaine de mètres de profondeur, fabriquent du froid, à l’aide d’un groupe à absorption. Résultat : Hikari consomme 50 % à 60 % de moins que les normes de la réglementation thermique actuelle et produit une quantité d’énergie supérieure à ses consommations, environ 0,2 %.