Quinzième inventaire - Édition 2013

La production d'électricité d'origine renouvelable dans le monde
Collection chiffres et statistiques

             
             
        Logo - Observer.jpg Logo - EDF.jpg Logo - crédit agricole.jpg
Introduction
Organisation de l'étude
Éléments de méthode
Sommaire
Chapitre 1
La production d'électricité dans le monde : perspectives générales (.pdf)
Chapitre 2
Un aperçu des dynamiques régionales par filière (.pdf)
Chapitre 3
La production d'électricité d'origine renouvelable : détails par région et par pays (.pdf)
Conclusion
 
Éditeur

 

146, rue de l'Université
75007 Paris
Tél. : + 33 1 44 18 00 80
Fax. : + 33 1 44 18 00 36

Éléments de méthode

Plusieurs précisions s’imposent quant à la collecte des données. Elles concernent la production d’électricité d’origine renouvelable, la disponibilité et la fiabilité des statistiques, le choix des régions et des pays dans chaque région.

  • Règles concernant les arrondis

    L'unité utilisée dans les tableaux de cet inventaire est le térawatt-heure (TWh). Dans certains pays et pour certaines filières, cette unité est trop grande pour appréhender la dynamique de la filière. La règle que nous avons utilisée est que si le chiffre de la série est inférieur à 1 TWh, alors nous utilisons trois décimales au lieu d'une pour faciliter une lecture en gigawatt-heure (GWh). Exemple, une production de 0,153 TWh correspond à une production de 153 GWh. Rappel : 1 TWh correspond à 1 000 GWh, à 1 000 000 MWh et à 1 000 000 000 kWh.

  • La production d’électricité d’origine renouvelable

    Six grandes filières ont été traitées dans cet inventaire : l'hydraulique, la géothermie, le solaire, l'éolien, la biomasse et les énergies marines. Cette dernière filière est présentée uniquement dans les pays développant cette source d'énergie pour la production d'électricité. La biomasse fait l'objet d'un traitement spécifique avec une distinction entre chaque catégorie de biomasse, à savoir la biomasse solide, le biogaz, les déchets ménagers renouvelables et la biomasse liquide (biocarburants). Cette dernière catégorie n'est répertoriée que pour les quelques pays valorisant cette production sous forme d'électricité. La filière hydraulique correspond sans distinction à la grande et à la petite hydroélectricité, mais en faisant apparaître l'hydraulique de pompage. La filière solaire est réputée provenir uniquement de centrales photovoltaïques (reliées au réseau et non reliées au réseau). Lorsque l'électricité solaire provient à la fois des centrales photovoltaïques et des centrales solaires thermiques (héliothermodynamiques), alors les tableaux distinguent ces deux catégories.

  • La production d’électricité d’origine conventionnelle

    Trois filières ont été traitées dans cet inventaire : les combustibles fossiles, le nucléaire et les déchets non renouvelables. Ces derniers font l'objet d'un traitement spécifique avec une distinction entre les déchets ménagers non renouvelables et les déchets industriels.

  • Sources statistiques

    Les chiffres pour l'électricité d'origine éolienne, solaire et géothermique ont été collectés et vérifiés par Observ'ER. Tous les chiffres sur l'électricité nucléaire, fossile, hydraulique et biomasse proviennent de la base de données de la société Enerdata, spécialisée dans les données énergétiques mondiales. Pour les pays de l'OCDE, certaines données ont été consolidées à partir de publications récentes de l'AIE (Agence internationale de l'énergie).

  • Fiabilité des données
    • pour le solaire photovoltaïque, les données de production correspondent, soit aux données consolidées que publient les agences statistiques nationales ou les gestionnaires de réseaux, soit aux estimations obtenues à partir, d'une part, des capacités installées, et d'autre part, des facteurs de charge compris entre 8 et 17 % selon les pays (de 800 heures en Norvège à 1 500 heures au Sénégal). Ces facteurs de charge sont ceux utilisés par les experts, notamment ceux de l’AIE.

    • pour l’éolien, les données de production correspondent, soit aux données consolidées que publient les agences statistiques nationales ou les gestionnaires de réseaux, soit aux estimations obtenues à partir, d'une part, des capacités installées et, d'autre part, des facteurs de charge observés les années précédentes.

  • Choix des régions

    Notre description de la production d’électricité au niveau régional repose sur le découpage géographique généralement admis dans les annuaires statistiques internationaux.

  • Choix des pays

    Les pays traités dans cette étude sont sélectionnés selon leur poids dans la production régionale d’électricité et dans la production d’origine renouvelable. La règle que nous avons suivie consiste ainsi à couvrir plus de 85 % de la production totale de la région et l’essentiel de la production d’origine renouvelable. Le tableau ci-dessous décrit la composition des régions et les pays traités dans cet inventaire.


  • Données de PIB

    Les données de PIB (produits intérieur brut) présentés dans cet inventaire sont exprimées en parité de pouvoir d'achat (PPA) et en dollars constant de 2005. Les comparaisons en PPA sont plus significatives qu'en taux de change courant lorsque les pays sont très différents, du fait de la faiblesse mécanique des devises des pays pauvres. Elles permettent aussi de s'affranchir des variations parfois brutales des taux de change. Le PIB (PPA) représente donc le produit intérieur brut converti en dollars internationaux au moyen des taux de parité des pouvoirs d'achat. Ces taux sont définis par la Banque mondiale à partir d'un panier de biens standard. Un dollar international a ainsi le même pouvoir d'achat sur le PIB du pays déclarant qu'un dollar américain aux États-Unis.